Rando | La forêt La Philippe

Sainte-Marie, Martinique, 972

Voir le trajet


Accueil > Blog > Annuaire > Martinique > Tourisme > Randonnées


  • Difficulté : *
  • Longueur du parcours : 3 km
  • Temps de marche : 1 heure 30
  • Dénivelé : + 59 m


Le figuier maudit, c'est le nom utilisé communément pour nommer les arbres de la famille des ficus. Ces grands arbres sont impressionnants, certains d'entre eux colonisent un arbre qu'ils finissent par étouffer.


Randonnée de la forêt La Philippe

Un petit coin de forêt mésophile au bord de la côte Nord-Atlantique, une occasion de marcher à la fraîcheur, au pied des grands arbres, tout en regardant les vagues s'écraser sur la falaise.


Point de départ

Près du panneau d'interprétation, à l'entrée de la forêt.


Itinéraire

Passez la barrière, entrez dans la forêt puis tournez à droite dans une large allée qui vous conduira tout près de la côte.

Partez à gauche sur la petite piste qui va jusqu'à la mer à la baie Saint-Jacques. Revenez sur vos pas jusqu'à la bifurcation et continuez à longer la falaise. Le sentier est en balcon et permet d'apprécier la panorama sur le littoral, sur la ville de Sainte-Marie, sur toutes ses formations rocheuses frappées par les vagues de l'océan Atlantique. Restez sur le sentier sans bifurquer, celui-ci remonte doucement et vous arriverez dans l'allée centrale de la forêt.

Longez le chemin qui continue sous d'imposants figuiers puis prenez à droite le chemin qui descend à la pointe Ténos.

Là, c'est du grand spectacle. Les vagues se jettent avec fracas sur la côte dans un grand bouillon d'écume. Revenez sur vos pas jusqu'au croisement et partez à droite. Vous arriverez au point de vue sur Pain de Sucre. Profitez du panorama et revenez au point de départ par l'allée centrale.


Ville de Sainte-Marie

Sainte-Marie est une commune française, située dans le département de la Martinique. Ses habitants sont appelés les Samaritains et les Samaritaines. La commune de Sainte-Marie est le berceau du Bèlè.

L'endroit était initialement un des villages des indiens Caraïbes de la Cabesterre. L'histoire de la commune débute en 1658 par la création d'un fortin dédié à la Vierge Marie.

Les indiens Caraïbes chassés de l'endroit laissent derrière eux une tradition de vannerie qui sera reprise et qui de nos jours se perpétue à « La Paille Caraïbe », un atelier de vannerie situé au Morne-des-Esses En 1696, le Père Labat, un moine fort instruit féru de médecine et d'histoire, vient y poursuivre ses travaux au monastère-distillerie de Fonds Saint-Jacques où les moines mêlent volontiers prière et recherche industrielle. En 1697, il tire le canon sur les Anglais qui convoitent l'endroit. Sainte-Marie a grandi à partir du Fonds Saint-Jacques.

*Source : fr.wikipedia.org